Index du Forum

Un Cataclysme puissant qui ravage une société moderne, en pleine expansion. Les survivants s'entraident pour tenter de recréer un ordre viable... Mais nul ne sait ce qui les attend, surtout pas eux !
 
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Samuel Wray ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> # Coin Archives -> Archive fiches
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Samuel Wray
Civil/Humain

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2010
Messages: 12
Masculin

MessagePosté le: Mer 27 Oct - 20:08 (2010)    Sujet du message: Samuel Wray Répondre en citant

Mon premier scan à Neorbis ? Je m'en souviens comme si c'était hier. Figure-toi que je venais de repérer cette foutue ville et qu'en plus, j'étais content. Un enfoiré de Charognard m'avait gentiment caressé le bide à coup de lame, et après lui avoir rétamé la face, j'étais en galère depuis deux jours avec un pauvre pansement. Evidemment, je me suis presque jeté dans les bras du planton de service, mais lui faisait plutôt la gueule.
« Scanner », qu'il me dit sans broncher. Tu parles d'un gars laconique.
« Et après je ramasse mes boyaux à la cuillère ? Je suis blessé ! », que je lui réponds.
Et là je lui lance un regard de biais, avec un bon air de défi dans le fond des yeux, et j'essaye d'avancer. Oh putain, il a épaulé son flingue en un éclair, j'ai vite fait reculé d'un pas en levant les mains bien en évidence. Bon, là je comprends que si je veux entrer, je vais devoir passer les formalités d'usage, alors je ravale ma fierté.

« C'est bon, pas la peine de s'énerver, je vais le passer ce foutu scanner »
Et bon gré mal gré, je me suis exécuté. Quelle saloperie de protocole. Remarque, il en faut, sinon ce serait un vrai foutoir, mais là ce n'était pas franchement le bon moment.

Alors je me pointe vers cette saloperie de boîte, je lui colle mes empreintes, et voilà qu'elle se met à me poser des questions... Un coup d'oeil au garde qui faisait toujours la gueule, je souris et je réponds. Sans oublier de faire un peu le con, bien sûr. C'est parfois salutaire...



Fiche d'identité   
  


Identité :

   
  
Nom : Wray
Prénom : Samuel, Sam pour les dames et les intimes, « El Wray » pour les gars de mon unité.
Age : Trente et un ans depuis hier. Souhaite-moi bon anniversaire, tas de ferraille.
Race : Garanti humain 100% pur jus, élevé en plein air et nourri au grain.
Groupe : Civil. Pour l'instant.
Rang souhaité (place dans Neorbis) : Vous avez une milice ?

Orientation sexuelle : ça te regarde ? Disons que j'aime pas trop les grosses branches, je préfère les buissons.


Scanner de description physique et mentale :

   
  
Description physique : A quoi je ressemble ? Je suis en face de toi. Ah, ils t'ont pas réimplanté de module sensoriel. Probablement qu'ils n'en ont pas trouvé. En fait, j'ai l'air de rien en particulier et de tout le monde en général. Un type quelconque. Ah si, je me rase dès que je peux. Tu vois, j'ai ce couteau de combat, ça aide. Non mais regarde-moi cette merveille : corps d'une pièce en céramique, manche gainé kevlar. Eh ben mine de rien, le fait de me raser souvent me différencie pas mal des autres, et puis c'est plus hygiénique. Parfois, l'envie me prend de me laisser pousser le bouc... Sinon, la routine : brun, les cheveux comme je peux parce que mine de rien c'est pas facile à couper au couteau, des yeux noirs et... Tiens, ça me fait penser. En fait, les filles me disent parfois que j'ai un regard intense, et j'ai vu des mecs plier parce que je leur ai affiché un air pas très complaisant. Parait-il que je serais du genre charismatique quand je m'y met, plutôt dans le style grand brun ténébreux. Je suis pas tout petit, mais bon, pas géant non plus. Combien ? Mais j'en sais rien, t'as une toise dans ton panier-repas ? Je dirais un mètre quatre-vingt cinq, quatre-vingt sept, par là.
Style vestimentaire : Pratique, confortable, sobre, élégant. Je comprends pas les nanas qui se gèlent le cul en mini-short à ras la boîte à galipettes, pas plus que les gonzes qui se donnent un genre avec des tas de breloques qui pèsent une tonne. Moi j'ai mon cuir, mon futal, mes pompes de marche, mon t-shirt, plus deux ou trois accessoires, et ça me suffit.
Description mentale : On peut dire une chose, j'aime l'ordre. Non, pas un ordre inflexible, n'allons pas jusque là. Plutôt quand chaque chose et chacun est à sa place pour le bien de tous. J'aime le respect et la discipline. J'imagine que ça doit venir de mon histoire... Je t'en parlerai plus tard. A part ça, je suis un gars qui compte avant tout sur lui-même. Pas que je sois asocial ou misanthrope, mais disons... Avant il y avait moi, ma famille, mes amis et le reste du monde. Aujourd'hui je n'ai plus ni famille ni amis, alors il n'y a plus que moi. Tu comprends ? Ce n'est pas mon naturel, mais j'ai bien été obligé de m'adapter. Et je crois d'ailleurs que c'est ça, le plus marquant chez moi. L'adaptabilité, l'instinct de survie. Je n'ai peut-être pas la science des grands génies, je n'ai pas, ou plus, les gadgets des expériences, mais je suis un hargneux. Je m'accroche à la vie comme pas un, et je fais ce qu'il faut pour m'en donner les moyens.
Dernière chose, j'ai tendance à vouloir être au clair avec moi-même. Savoir de quoi je suis et ne suis pas capable, c'est important pour moi.
Ce que vous aimez : J'aime l'ordre. Ah, je l'ai déjà dit ? Alors c'est que ça doit être vrai. En fait, contrairement à ce que je suis aujourd'hui, j'aspire à pouvoir compter sur des gens de confiance, des gens qui savent de quoi ils sont capables, qui sont honnêtes avec eux-même comme moi. C'est par ce biais qu'on peut être au clair avec les autres et qu'on peut trouver une cohésion, une unité. Et surtout, j'aspire à pouvoir vivre ma petite vie sans me faire emmerder, excuse-moi le terme, et je fais ce qu'il faut pour m'en assurer.
Ce que vous détestez : Par corollaire, j'aime pas les fouteurs de merde, les anarchistes et les branleurs qui tournent en rond avec des idées à la con. Et puis je déteste cordialement les cacahuètes.
Qualités : Je l'ai déjà dit, je suis un hargneux. Tenace, on dirait que cet adjectif a été inventé pour moi. Quand j'ai quelque chose en tête, je ne vais pas chercher les excuses pour dire que je n'ai pas réussi, mais je vais chercher les moyens de réussir. Et si ça me tient vraiment à coeur, je suis capable de m'investir beaucoup, de donner de ma personne. Du coup, je pense que je suis plutôt du genre fiable, du moins quand le sujet suscite mon intérêt. Le reste du temps, je suis un gars pas chiant qui ne se mêle pas de ce qui ne le regarde pas. Et puis je connais plein de citations latines.
Défauts : C'est bien le problème. En fait, suivant la situation, mes qualités peuvent devenir des défauts... Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire, j'imagine que ton esprit robotique a du mal à interpréter mes paroles, alors disons que... Eh bien, quand j'en ai rien à foutre de quelque chose, il peut se passer quoi que ce soit, je ne vais vraiment pas aller y mettre le plus petit bout d'orteil. Inversement, si c'est un sujet qui me tient à coeur, les forces peuvent être à un contre dix en ma défaveur, je vais m'y jeter jusqu'au cou. On me dit aussi que je suis parfois un peu bizarre... Peut-être justement à cause de ça, parce que je ne fonctionne pas tout à fait comme beaucoup de gens. Et puis je suis parfois trop ambitieux. Et quand j'ai l'impression d'être pris pour une buse, je deviens sarcastique. Voire agressif.
Avez-vous des signes distinctifs non précisés ? : Un tic. Tu vois, j'ai ce briquet d'avant le Cataclysme. C'est con que tu ne puisses rien voir, parce que tu comprendrais pourquoi j'en suis si fier. Coque métallique, et à l'intérieur c'est une vraie mèche, avec une vraie pierre et du vrai carburant. Eh ben tu vois, ce briquet, je suis tout le temps en train de jouer avec. Je l'ouvre, je l'allume, je le ferme, bis repetitas. Et il y a plein de façon de l'ouvrir. Je sais, ça n'a l'air de rien comme ça, mais je t'assure, c'est un cliquetis métallique unique au monde. Pas une de ces saloperies à déclenchement électronique, non, et encore moins une connerie d'allumette. Un vrai briquet, un truc d'homme. Je te jure, j'ai déjà tué pour ce machin. Au fond c'est rien, un gadget, un gri-gri, rien de plus, mais ça me plaît. Quand je m'ennuie, j'essaye de l'ouvrir d'une nouvelle manière, je me plonge dans la contemplation de sa flamme, de sa robe métallique en titane iridescent sous les reflets de ce soleil de merde. Oui, c'est un signe distinctif, parce que des briquets comme ça, on en trouve plus. Qui sait, j'ai peut-être le dernier en état de marche...
A part ça, je suis gaucher.

Scanner des connaissances :


   
 
Vers quel type de connaissances vous orientez vous ? Mon truc, c'est que je touche à tout. On ne peut pas dire que je maîtrise grand-chose en particulier, mais j'ai assez de connaissances et d'entraînement pour tenir la distance pendant un moment. Je te l'ai dis, je compte avant tout sur moi-même, alors dans le principe c'est bien beau, mais ça implique de s'en donner les moyens. En fait, on peut dire que ma connaissance première, c'est ma capacité d'apprentissage, d'entraînement, d'amélioration constante. Je ne me repose pas sur mes acquis, je suis toujours en progression.
Avez-vous des compétences particulières (le combat, l’informatique…) ? Je viens de te répondre. Putain de machine, t'es même pas foutue de mettre deux informations en lien ? Repasse l'enregistrement, tu verra, t'aura réponse à ta question.
Bon, d'accord. Puisqu'il te faut une réponse... C'est sûr, je pense avant tout à ma survie, du coup je passe un peu plus de temps à m'entraîner au physique qu'à autre chose, et puis faut dire que c'est pas facile de trouver une source de savoir intéressante. Par contre faire quelques pompes, des abdos, courir, se battre, ça c'est à la portée de tout le monde. En fait, j'ai aussi un entraînement militaire derrière moi... Alors si tu veux une réponse concrète, disons que je suis plutôt focalisé sur le close-combat, la survie en milieu hostile, les premiers soins qui m'ont d'ailleurs permis de survivre jusqu'ici, et tout ce que ça implique de flexibilité et d'adaptabilité. Dernière chose, comme j'aime l'ordre et la discipline, j'ai appris à ranger mes jouets. Planifier des choses, si tu préfères.
Comment percevez-vous les autres clans avec qui vous cohabitez ? Pour la plupart, les civils sont un tas de paumés. Comme moi, ouais. Sauf qu'eux n'ont même pas une ambition à laquelle se raccrocher. Ils vont leur vie, et autant c'est déjà pas mal, autant à mon avis ça suffit pas pour permettre à un homme de se réaliser. Homme au sens large, hein, je suis pas misogyne.
Les Fanatiques ? Ils portent bien leur nom. Quelque part, je respecte ce qu'ils ont réussi à bâtir : ils ont mis un semblant de discipline et d'ordre, ils veulent apporter une sorte d'hégémonie. Mais ça se fonde sur quoi ? Sur du vent. Eux te diront que c'est le Soleil, mais ça revient au même. Tout ça, ces croyances à la con, ça tiendra pas la distance, ça manque trop de rationalisme, de pragmatisme. Un jour, ils feront une connerie. Et ils tomberont.
Ah, les scientistes. Plus intéressants, ceux-là. Au moins, ils ont un but clair et concis. Par contre, la science ne devrait pas être une fin en soi. C'est un instrument, un outil. Elle doit proposer des solutions, pas poser des questions, ça c'est le rôle des hommes.
Qui ? Les Smokers ? Les branleurs, ouais. Un état d'esprit super contradictoire : j'aime pas la société, mais je la squatte parce que j'ai besoin d'elle. Et allez, fous-toi de ma gueule. Remarque, ils ont quelques éléments qui ont du potentiel. En fait, ils sont un peu comme des animaux : à la base faut juste pas les faire chier et empiéter sur leur territoire, mais si tu arrives à les dompter, ce sont des alliés de choix.


Votre passé : Rien de particulier, tu sais. Enfin, jusqu'à l'armée... Une famille normale, une enfance sans histoires, des études dont je me suis pas trop mal sorti. J'aurais peut-être pu finir ingénieur, qui sait, mais ce n'était pas ce qui m'intéressait. Au fond de moi je voulais de l'action, mais surtout je voulais participer au maintien d'un monde ordonné permettant à chacun de s'épanouir. Servir et protéger, tu vois la mentalité... Et donc, je suis rentré à l'armée. Si tu as quelques notions d'histoire, tu va me dire que les troupes régulières étaient toutes constituées quasi-intégralement de machines. Je sais, et je te répondrai qu'en toute logique, c'est donc dans les forces spéciales que je me suis enrôlé. Tu sais, là où on avait encore besoin du sens de l'adaptabilité propre à l'homme.
De toute façon, pour ce qu'il y avait encore à combattre... J'étais membre du bataillon Fantôme, unité Dague. On menait principalement des opérations de petite envergure, quand par exemple un groupe terroriste devait être éliminé. Sous-officier, j'ai même fini instructeur. Et puis à la fin de mon contrat, dix ans de service, j'ai décidé de ne pas rempiler. C'était franchement bien ce qu'on faisait, mais... Je ne sais pas, ça me laissait comme un arrière-goût d'inachevé.
Alors je me suis reconverti dans le civil. Pendant trois ans, j'ai été chef de ce qu'on appelait la Sécurité Sinistre Imprévu, autrement dit la SSI dans, attention tiens-toi bien... un hôpital. Rien à voir, pas vrai ? Eh bien figure-toi que les petits hôpitaux de campagne n'avaient pas forcément les moyens de se payer une intelligence artificielle autonome dédiée à la sécurité, alors il leur fallait quelqu'un pour s'occuper de tout ça. A ton avis, qui détermine où placer les détecteurs d'incendie, les portails magnétiques, les boucliers anti-rayonnement ? Qui s'occupe de la formation du personnel ? Qui s'occupe de remettre à jour les codes de sécurité, d'attribuer les différents niveaux d'accès ? Dans cet hôpital, c'était mon équipe et moi. Enfin, je dis équipe... J'avais deux collègues, dont un parti six mois après mon arrivée et jamais remplacé.

Alors maintenant, vise un peu le tableau. Un joli pavillon de banlieue, douillet, amoureusement aménagé par les soins de la maternelle. Ce pavillon abrite un repas de famille. Cette famille, c'est la mienne. On mange de la dinde aux marrons, tous ensemble, et paf. C'est là que ça nous tombe sur le coin de la tronche, et c'est la pagaille. Je t'épargne le récit de nos tribulations, venons-en directement au résultat : trois survivants dans ma famille, à savoir mon oncle, ma cousine et moi. En fait, mon père était mort quand j'étais à l'école, encore petit, et il faut savoir que depuis ce jour mon oncle a en quelque sorte tenu le rôle à sa place. Pour ce que sa fille lui inspirait, de toute façon... Quelle dinde, ma cousine. Pas étonnant qu'elle y soit passée aussi vite.
Ensuite, mon oncle et moi avons rejoint les rangs des marcheurs. On errait comme les autres, hagards, sans but. On affrontait de temps à autres un raid des Charognards, tu sais, ces pillards qui entendaient profiter de l'anarchie dans lequel était plongé le monde entier pour mettre leurs sales pattes tout ce qui passait à portée... Imagine leurs têtes quand je dégainais mon flingue et que je me mettais à les canarder ! Et pour ceux qui arrivaient à proximité, c'était Super Tonton qui leur faisait un numéro de claquette avec les poings. Oui, mon oncle était boxeur. Un duo de choc.
Un duo qui a tragiquement pris fin le jour où on a voulu camper dans des ruines de centre-ville qui nous paraissaient pas trop mal. Quelle foutue idée... Evidemment, si j'avais encore eu mon matériel de Fantôme, j'aurais tout de suite repéré le franc-tireur embusqué au troisième étage d'une ancienne boutique de vêtements. Mon oncle a reçu la première balle, ça l'a tué sur le coup. Mais en tirant, le sniper avait révélé sa position. J'ai juste eu le temps de me mettre à couvert, et là... Je t'ai fait le tour de cette foutue place comme j'avais encore jamais contourné une zone découverte, je te me suis monté ces trois étages comme rien, et le gars a vraiment pas fait long feu. C'est là qu'on voit qu'au final je ne suis pas un sanguinaire, juste un militaire. J'aurais pu le faire mourir lentement, mais non. Je réclamais vengeance, pas barbarie.
J'ai repris ma route un peu plus tard, et j'étais désormais seul. Errer à la recherche d'eau, de nourriture, d'un peu de chaleur, éviter ou combattre les Charonards... Je t'épargne tout ça, c'est long et répétitif. Au final, j'ai dû abandonner mes armes préférées. Par exemple mon C-10 Gauss, petit bijou de technologie, avait des munitions bien trop particulières pour que je puisse espérer en retrouver un jour. Mais je me suis déniché un Raging Hornet de derrière les fagots... Calibre .22, généralement quand je l'annonce ça fait rire les connaisseurs.. jusqu'à ce que je précise que ce n'est pas du .22 LR, mais du .22 WMR. En gros et pour faire simple, tas de boulons mal graissés, c'est du .22 magnum. Et le must, c'est que malgré sa conception bien plus rudimentaire, ça reste un revolver. Tu peux le laisser prendre la poussière des années dans un tiroir, il sera prêt à faire feu dès que tu le dégainera. Ah c'est sûr, la portée utile est pas terrible et les munitions sont chères, mais putain quel pied !

Et puis me voilà. Après une énième rencontre qui s'est mal terminée avec les Charognards, je suis blessé et j'en ai, pour parler franchement, plein le cul. Tu vois un peu ce que notre monde est devenu ? Tu vois comment c'est à l'extérieur ? De là à ce qu'ils deviennent cannibales, à mon avis il n'y a pas long. Si ça se trouve c'est même déjà fait, mais on m'a épargné cette vision. Mais ça rime à quoi ? Où est passée l'humanité dans tout ça ? C'est aussi ça, mon ambition. Reconstituer un vrai pouvoir avec des vraies responsabilités, avec un but et des moyens pour y parvenir. Quel qu'y soit mon rôle.



Une fois ça éclusé, je me tourne vers le garde.
« Et maintenant, c'est par où pour trouver un docteur ? ».
Le gars me reluque bizarre une ou deux secondes, puis il me fait un vague signe de tête. Quelle précision... Je me demande s'il aurait réussi à me rater à bout portant. Enfin bref, je ne l'ai même plus regardé, je me suis tourné face à l'entrée de la ville et je me suis dit :

*Mon p'tit Sam, on dirait que c'est à toi de jouer. Allez, en piste !*
Et après ? Tu crois quoi, que je suis allé à la fête foraine ? Evidemment que j'ai foncé chez le toubib !
_________________


Dernière édition par Samuel Wray le Mer 17 Nov - 08:55 (2010); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 27 Oct - 20:08 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nëlenia O'Kenelly
Civil/Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2010
Messages: 83
Féminin

MessagePosté le: Jeu 28 Oct - 10:03 (2010)    Sujet du message: Samuel Wray Répondre en citant

Ho yeah ^^

Déjà bienvenu à toi ! Ça fait plaisir de voir de nouveaux survivants ;)

Alors pour la fiche dans l'ensemble je n'ai rien à redire, c'est complet je n'ai pas vue de fautes (mais l'oeil attentif de Zerval regardera ça :p ). Au vue du personnages tu pourrais rajouter sarcastique dans tes défauts ou qualités :p .Mais c'est une fiche très sympa et j'aime la façon dont tu l'as tourné ^^
Le passé ça manque de précision géographique, mais vu que c'est particulièrement bien ficelé et assez travaillé, il n'y en a pas vraiment besoin, donc de même de ce côté là ça me va.

Question d'y a t-il une milice....On a bien un maire alors pourquoi on aurait pas une Milice ? La maintenant tout de suite je vais te dire oui, j'en parle avec Zerval et soit je t'envoie un mp de conformation, soit il t'en parlera lorsqu'il viendra valider tout ça ^^

Voili voilou :)


Revenir en haut
Samuel Wray
Civil/Humain

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2010
Messages: 12
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Oct - 15:27 (2010)    Sujet du message: Samuel Wray Répondre en citant

Pour la milice, le nom officiel peut bien être "police", c'est pas important. Milice, c'est le terme employé par mon perso qui arrive sans rien connaître de cette ville.
Mais j'ai lu dans la note descriptive de la colonie que le bureau central faisait office de poste de police... Et s'il n'y a rien de tout ça, alors il va falloir que je modifie ma fiche car ce ne serait pas logique que mon perso arrive près d'un équivalent de garde. Et de toute façon, si une milice/police/garde/armée pseudo-gouvernementale fait défaut ou ne prend pas de PJ, ce qui est tout à fait concevable, Samuel trouvera bien autre chose à faire...

Sinon pour les ellipses dans le passé, il faut aussi imaginer le bonhomme qui raconte son histoire en faisant au plus court, sans réelle passion pour les passages les plus triviaux du récit.

Je vais rajouter le sarcasme, merci de m'y faire penser.

Et pour finir, Zerval peut bien s'amuser à chercher des fautes dans mes posts, moi j'en ai déjà trouvé dans les siens Mr. Green
Mais le petit topo orthographique (fort bien pensé au demeurant) me semble clair : quelques fautes éparses, c'est pas la fin du monde ;)
_________________


Revenir en haut
Zerval
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 28 Oct - 18:46 (2010)    Sujet du message: Samuel Wray Répondre en citant

Bienvenue ! ( ouah ! quelle originalité u_u )

Pour la milice, pourquoi pas, on verra bien comment tu gère ça.

Pour les fautes, je resterais poli Twisted Evil ( bon je n'ai trouvé qu'une seule faute d'inattention dans ton récit donc je tairais ma soif de te mettre mon poing sur la tronche :) )

Pour ce qui est de la fiche, je n'ai rien à ajouter à ce qu'a dit Nel.

Validé donc ! Bienvenue en enfer Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil


Revenir en haut
Samuel Wray
Civil/Humain

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2010
Messages: 12
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Oct - 20:30 (2010)    Sujet du message: Samuel Wray Répondre en citant

Dans ce cas, je m'en vais sans plus tarder préciser qu'il peut m'arriver à l'occasion, voire plus souvent qu'à mon tour, de faire des fautes syntaxiques. Eh ben c'est fait exprès, et même que je l'assume.

Exemple illustrant mon propos précédent : allez, dis-moi d'où que c'est qu'elle est la faute Mr. Green

Et puis merci pour la validation. C'est pas tout ça, mais je connais un Sam qui est censé arriver blessé, alors direction hôpital. Compagnie, en avant, marche !
_________________


Revenir en haut
Zerval
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 28 Oct - 20:39 (2010)    Sujet du message: Samuel Wray Répondre en citant

je sais plus ou elle est, mais tu as mis "vaut" au lieu de "faut" :)

Revenir en haut
Samuel Wray
Civil/Humain

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2010
Messages: 12
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Oct - 21:16 (2010)    Sujet du message: Samuel Wray Répondre en citant

Le Ctrl+F n'a pas trouvé où... Mais bon, on s'en tape.

J'ajoute un détail que j'avais oublié : Sam est gaucher. Je pense que ça ne remet pas en question la validation de la fiche, à moins qu'un sinistrophobe ne se dissimule dans les rangs de l'administration.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:13 (2018)    Sujet du message: Samuel Wray

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> # Coin Archives -> Archive fiches Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com