Index du Forum

Un Cataclysme puissant qui ravage une société moderne, en pleine expansion. Les survivants s'entraident pour tenter de recréer un ordre viable... Mais nul ne sait ce qui les attend, surtout pas eux !
 
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Haveloc White [ Validé ] ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> # Coin Archives -> Archive fiches
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Haveloc White


Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2010
Messages: 8
Masculin

MessagePosté le: Dim 25 Juil - 00:33 (2010)    Sujet du message: Haveloc White [ Validé ] Répondre en citant





Identité :




Nom : White
Prénom : Haveloc
Age : 32 ans
Race : Humain
Groupe : Civil
Rang souhaité (place dans Neorbis) : Maire de Neorbis

Orientation sexuelle :
Hétérosexuel



Scanner de description physique et mentale :



Description physique : Haveloc White a l'allure typique d'un homme en bonne santé, sans pour autant être un canon de la société. D'une taille moyenne, voire un peu petit, il se tient d'un très bon port, attestant d'un parfait équilibre, comme cela peut également se voir sur son visage très symétrique et complètement fermé. Des cheveux noirs, très lisses, coupés mi long, et des yeux marron ne lui offrent pas non plus l'apanage de quelqu'un d'exceptionnel ou d'original. Ses habituels costumes très sombres ne permettent pas d'évaluer sa carrure, mais celle ci ne se laisse pas non plus transparaitre facilement. Aucun geste superflu, aucun tic nerveux, son visage ne semble même presque pas disposer de rides d'expression. Capable de sourire de manière tout à fait amicale comme d'une manière vaguement inquiétante, de s'étirer, de se modifier aux envies de son contrôleur, on peut très souvent se demander si la moindre action, le moindre rictus ou éclat de rire est vraiment justifié et non pas complètement simulé. Malgré son physique très banal, Haveloc fait attention à son apparence. Ses dents sont blanches, et il est très rare que quiconque le voit sale. Ses mains sont grandes, avec de très longs doigts élancés, qu'il aime souvent croiser en cloche juste sous son regard. Pour entrer dans des détails plus croustillants, il est de savoir notoire parmi ces demoiselles que le jeune homme possède une pilosité assez fournie, bien que cela n'atteigne pas, une fois de plus, l'ordre de l'exceptionnel. De plus, beaucoup de femmes lui ont dit qu'il avait des fesses "à croquer"... Simple rumeur lancée par lui même ou vérité absolue, il n'y a bien qu'un moyen de le vérifier...
Très discret dans ses déplacements, n'élevant presque jamais la voix, cet homme a pourtant l'étrange faculté de se faire remarquer quand il le désire, sans changer pourtant grand chose à son attitude. Il agit un peu comme un puits de gravité à l'attention. Il ne s'énerve jamais, car il n'en a nul besoin. Imposer sa présence se fait pour lui sans efforts, et un de ses silences peut être beaucoup plus efficace pour calmer un discours enflammé que n'importe quel hurlement de protestation. Son regard malicieux a une sale tendance à donner l'impression qu'il en sait bien plus que ce qu'il dit. Quand à sa voix, douce, calme, presque atone et murmurée, laisse la place à une très grande interprétation, semblant toujours nuancer, faire des sous entendus, se glissant avec habileté dans les travers de la langue. Aucun défaut de prononciation, tic de langage ou autre ne vient entacher son parfait anglais, français ou allemand. Sans être quelqu'un au physique extraordinaire, Harvey White est l'apanage même de l'homme de pouvoir, de la personne qu'on ne peut s'empêcher de remarquer s'il désire être remarqué.

Style vestimentaire : Propre, soigné, élégant, mais discret, H.White n’est pas un homme qui aime les extravagances et la couleur. Toujours vêtu de sombre, il ne mise non pas sur son physique pour attirer, mais bien sur la force de sa voix et de ses arguments, et pour cela, il reste le plus neutre possible. Ses vêtements, plus couteux que la moyenne de part son statu social, ne sont pas sans rappeler un étrange mélange entre les époques romantiques et renaissances et les costumes habituels de l’homme du monde actuel. Une liaison entre l’ancien et le nouveau qui n’est pas sans contenter tout ses interlocuteurs, qui retrouvent tous une part d’eux même en ce doppelganger, cette ombre fugitive au niveau du style. Un effet bien évidemment parfaitement voulu par Monsieur White, qui ne demande pas mieux que d’être à la fois le semblable et l’opposé de ceux à qui il parle.

Description mentale : Certains diraient de Haveloc qu’il est conservatiste. En effet, pour lui, tant que tout va bien, autant ne rien changer, tout du moins c’est ce qu’il a tendance à clamer en public. En vérité, le fait est que selon lui, actuellement tout va mal. Son seul but dans la vie n’est pas de privilégier tel ou tel courant de pensée, telle ou telle idéologie, mais juste de faire en sorte que cette damnée ville dont on lui a remis la charge tienne debout, et au passage s’il pouvait ne pas se faire décapiter comme aux anciens temps par une population mécontente, ce serait mieux. Ainsi, son esprit est aussi retord que le plus tordu des ressorts, aussi acéré que les rafales d’énergies qui partaient des armes d’autrefois, et aussi calme, placide et lucide que la surface sans plus d’une flaque d’huile. Car on dérape facilement face à Haveloc White, face à sa maitrise incroyable du langage, et sa haute connaissance de l’esprit humain, de ses faiblesses et de ses failles. Manipulateur né, orateur talentueux, sa vie semble avoir été dictée pour arriver au pouvoir, et pourtant, lui n’avait jamais rien demandé à personne… ou presque. Opportuniste, négociateur et pacifiste, il déteste avoir recours à la violence, tout du moins de manière ouverte. Les menaces, les assassins et les coups en traitre sont son domaine, bien qu’il préfère généralement le relayer à des sous fifres afin de rester hors d’atteinte. Lui, son domaine, c’est le public, faire face en souriant à tout ces animaux bourrés d’hormones, de peur et d’instincts primitifs, et de faire en sorte qu’ils ne se jettent pas sur lui. Encore une fois, tant que tout tient en place, c’est que tout va bien.
Trouver une solution à chaque problème est devenu pour lui chose aisée. Analyste dans l’âme, ses insomnies fréquentes lui permettent de travailler jusqu’à très tard tout en gardant son esprit parfaitement clair (personne ne sait d’ailleurs exactement comment il fait). Toujours au courant de tout, car pour lui la connaissance c’est le pouvoir, il sait lire en l’âme humaine et s’entourer de personnes de confiance. Généralement, plus quelqu’un est stupide, plus il aime l’avoir près de lui, et plus ses amis sont intelligents et talentueux, plus il les fait surveiller. Légèrement paranoïaque, on devrait plutôt le qualifier de censé et de prudent.
Naturellement, ses bonnes actions pour la ville ne sont pas dénudées d’intérêt. Il aime le pouvoir, et est prêt à tout pour le garder, et d’ailleurs, il ne crache pas sur toutes les compensations que cela lui apporte. En public cependant, et pour la plupart de la population, c’est un homme irréprochable. Dans le privé, Haveloc ne boit pas, ne fume pas, ne se drogue jamais et n’a quasiment jamais recours aux médicaments. Il suit un rythme de vie sain, et mange de manière tout à fait modérée. Même les femmes semblent ne pas être une faiblesse pour lui, ou presque, et à la manière d’un prostitué, le sexe n’est pour lui qu’un moyen de plus d’assoir ses positions déjà acquises. Discret, efficace, perfectionniste, il fait les choses, et bien. L’essai n’existe pas selon lui, il n’y a que des réussites ou des échecs, et rien, rien, ne lui fera accepter une chose inutile. Ce qui est inutile mérite d’être éradiqué, point.
Cruel, quelque peu despote, il se qualifie lui-même de « tyran bénévole ». En effet, bien que le titre de maire lui été attribué, il n’a jamais véritablement été élu, et c’est en majeure partie grâce au respect et à la crainte qu’éprouvent ses auditeurs qu’il a su garder son pouvoir (et sa vie, ne l’oublions pas). Semblant se glisser aisément entre les systèmes de sécurités, les murs, les portes et les regards, c’est un maitre chanteur, qui utilise tout ce qu’il a sa disposition pour être certain que jamais, jamais, il ne perdra ce qu’il a acquis.

Ce que vous aimez : L’ordre, le calme, voilà les valeurs que prône mister White. En un certain sens, il aime Neorbis, car c’est un peu comme son enfant, sa créature, son bijou que patiemment il modèle, comme un artiste modèle sa glaise. Il aime l’art, effectivement, et se passionne pour l’étude du passé et pour la littérature. Il apprécie également les échecs, les jeux de société ainsi que le sport, qu’il pratique tout trois assidument. Enfin, rien n’a d’égal pour lui que la musique, art parmi les arts pour lui.

Ce que vous détestez : Haveloc White a horreur de plusieurs choses. Tout premièrement, il ne supporte pas les incapables, ceux qu’il juge comme inapte à effectuer des tâches qui normalement devrait être à son niveau. De manière globale, il n’aime pas l’humanité, qu’il considère dans sa majeure partie comme un troupeau de bêtes féroces. Il n’apprécie pas les comploteurs, les sociétés secrètes, et tout ce qui a trait de près ou de loin à quelque chose de secret (ou tout du moins, quelque chose dont lui n’est pas au courant, ce qui est très rare). Il n’aime pas les geignards, bien qu’il les utilise allégrement, et tout ceux qui ne cessent de se plaindre de leur condition. De même, il a horreur de tout ceux qui se brusquent inutilement, ou laissent leurs émotions prendre le dessus.

Qualités : Manipulateur, sournois, rusé, la force de ses paroles, sa langue de serpent et son esprit tortueux sont les principales qualités de H.White. Particulièrement habile dans l’art de percer à jour ses opposants, ses amis, et de manière générale tous ceux qu’il rencontre, il appuie ses vastes connaissances et son sens de l’analyse sur une immense culture en matière de nature humaine. Semblant toujours tout connaitre sur tout le monde, il se fait facilement des amis, car personne en réalité n’a envie d’être son ennemi. Même les fanatiques savent lui reconnaitre une autorité ainsi qu’une utilité, et la plupart d’entre eux ont appris à craindre cet étrange personnage. Grand orateur, on ne saura que trop l’affirmer, c’est un expert dans l’art de la langue, et c’est cette faculté de négociateur, de beau parleur et cette intelligence qui lui ont permis de rester en vie jusqu’à présent…

Défauts : Officiellement, Haveloc White n’a aucun défaut. Il est l’apanage même de l’homme intouchable, froid, calculateur, maitrisant parfaitement ses émotions. Cependant, dans le privé, certaines personnes savent qu’il est atteignable sur certains points très précis.
En effet, Monsieur White fait preuve d’une grande confiance en lui-même, peut être même un peu trop grande. Quelque peu arrogant, bien qu’il sache le dissimuler, il méprise la plupart des êtres humains. On peut aussi, après de très très profondes recherches, savoir qu’il a des tendances sexuelles assez particulières, ayant développé un très grand fétichisme sur certaines parties du corps féminin. De plus, son caractère perfectionniste peut également être mis à contribution pour le forcer à faire certaines choses.
Ensuite, il ne faut jamais oublier que Haveloc est un être sans pitié, cruel, glacial, qui n’aime rien tant que le pouvoir et tient absolument à le garder. Despote, dictateur, il est paranoïaque (lui se juge comme prudent), et n’hésite pas à éliminer tout ce qui peut mettre en péril sa position, et à fortiori sa vie. Égoïste, le fait qu’il tienne à Neorbis n’est pas du tout du fait de ses habitants mais bien de la protection et du calme qu’elle lui apporte. Le voir comme quelqu’un de généreux, par quelque action qu’il fasse, serait bien sot, car il ne fait rien de manière désintéressée. Calculateur et manipulateur, Monsieur White est loin d’être un enfant de cœur… mais il ne le montre pas.
Encore une fois, tout ces défauts sont extrêmement bien cachés, et très rares sont les personnes à connaitre ces aspects masqués de l’homme tout blanc qu’est Mr.White.

Avez-vous des signes distinctifs non précisés ? : Aucun, Haveloc White est la banalité même.


Scanner des connaissances :




Vers quel type de connaissances vous orientez vous ? : Connaissance de toute la ville (par le biais de ses indics et de son réseau d'informateurs), de ses infrastructures, des réseaux politiques, religieux, technologiques, connaissance de la nature humaine, quelques notions de neurologie, de génétique, mais surtout de psychiatrie et de psychanalyse. Connaissance poussée de la politique et de l’économie, ainsi que des détails particuliers sur la plupart des personnes de son entourage (toujours les indics et les informateurs, qu'il utilise généralement les uns sur les autres...).
Avez-vous des compétences particulières (le combat, l’informatique…) ? : Haveloc White a un réseau d’informateur plus que fournis, et a une sale tendance à toujours tout savoir. Il connait également très bien le fonctionnement des systèmes de sécurité, de la manière de crocheter une porte et de se déplacer très discrètement. Il est très doué dans l’art de la rhétorique. Il maitrise le kung fu à un niveau professionnel, bien que personne ne le sache, et c’est un tireur plutôt doué. Il sait diriger la ville de Neorbis, et ça, c’est une compétence très particulière…
Comment percevez-vous les autres clans avec qui vous cohabitez ? : Tous doivent être maitrisés, contrôlés et ne doivent pas prendre le dessus les uns sur les autres. Tant que le statu quo sera maintenu, la situation ne pourra que s’améliorer. Il faut à tout prix conserver la paix relative entre chaque clan, et négocier avec eux pour tirer le plus grand avantage de chacun d’entre eux.

Votre passé :
On raconte qu'en chaque monsieur tout le monde se cache un héros. Des livres entier sont fait en l'honneur de ces petites personnes, qui surgissant du quotidien deviennent brusquement celle qui épée, fusil ou rayon laser brandit au ciel, guident les armées à la victoire, avec un célèbre cri de guerre, et des réflexion qui bien vite deviendront cultes, et qu'on qualifiera encore des années plus tard de « classe ». On pourrait dire que Monsieur White est de ces gens là. Mais là où les héros assistent à la victoire du bien sur le mal, à la célébration de la vie, de la paix et du bonheur sous toutes ses formes, Haveloc lui ne peut désormais que se battre pour la survie de l'espèce humaine, un but certes louables, mais en majeure partie voué à l'échec... Comme l'a prouvé la Catastrophe.
Mais retournons trente ans en arrière, alors que Monsieur White senior prenait dans ses bras ce petit de deux ans, qui marche tranquillement à ses pieds en lisant un livre à voix haute:
« -Ma cassette, ma cassette, rendez moi ma cassette! » déclame le garçon, en tenant entre ses mains un exemplaire de l'Avare, de Molière. Ce n'est pas du tout le fruit du hasard si le bébé présentait déjà si tôt des traits de génie.
Si la famille White n'était pas bien riche, c'est tout simplement parce que le métier de monsieur White n'était pas forcément très bien payé, bien qu'énormément utilisé de nos jours. Et justement, c'est cette demande qui a incité à créer de plus en plus d'emploi, et par voie de conséquent, à baisser le salaire de Teran White. Généticien, il y avait encore quelques années ce nom faisait rêver, mais Monsieur White Senior n'était pas de ces génies qui avaient réussi à inventer le clonage humain sûr à 100%, ou encore qui avaient entièrement décodé le patrimoine génétique de l'être humain. Non, le grand talent de Teran, c'était la technique, le côté pratique, et c'était l'un des meilleurs manipulateurs de patrimoine génétique de tout les temps. Ainsi, sa femme ne fut pas mise enceinte par lui, non (d'ailleurs une rumeur prétend qu'il avait horreur des rapports sexuels et vivait une relation quasi platonique), mais par lui même, qui après avoir sélectionné tout les meilleurs gènes de lui et de sa femme, les avoir modifiés, triturés, tordus et détendus, puis reformés, donnant à son fils toutes les qualités qu'il jugeait nécessaire. Comme le physique n'était pas la priorité de Teran White, son fils hérita d'un physique commun, mais il eu, de tout temps, une santé de fer, ainsi qu'une intelligence, un talent, une inspiration et une maitrise de soi dont peu de personnes pouvaient se vanter. Dans cette société basée sur les apparences et la fénéantise, monsieur White voulait que son fils devienne le nouveau moteur de la société. Un politicien peut être, ou alors le directeur d'un très grand laboratoire...
Ainsi, Haveloc, nommé ainsi par sa mère Hashley, le père n'ayant cure du nom de son enfant, grandit rapidement, très rapidement, sautant des classes, apprenant à lire seul, et suivant assidument les leçons que son père lui donnait en particulier après les cours. Ils n'avaient pas, hélas, les moyens de se payer un professeur particulier, au grand dam du père. Haveloc passa les premières écoles, puis le second niveau, pour arriver à l'université à l'âge de seize ans. Là, il fit des études exemplaires, mais le moment du concours venu, il fut recalé. Cent unième, il avait été dépassé par d'autres élèves moins doués que lui, mais bien plus riches et puissants. C'est à partir de ce moment là que Haveloc commença à parfaitement comprendre que la génétique et les sciences seules n'allaient pas suffire à son ascension sociale. Sa tête avait été bourrée de rêves par son père, qui ne cessait de lui promettre un grand avenir, et son intelligence lui avait valu d'être souvent, trop souvent, rejeté par les autres, qu'il avait fini par apprendre à maitriser. De nature solitaire, il comprit que ce n'était pas seulement l'intelligence, mais bien le charisme qui lui permettrait de gravir les échelons de la société.

Il s'engagea donc dans une autre voie: les arts, et tout particulièrement le théatre, ou plus exactement, le cinéma. Cela faisait bien longtemps que les anciens opéras et autres spectacles de la scène avaient disparu, laissant place à cette télévision omniprésente, à tous ces grands écrans où s'affichaient sans cesse les visages les plus connus du monde. A l'ère ou les effets spéciaux et l'animation pouvaient reproduire parfaitement les traits du visage humain, ceux qui réussissaient dans le théâtre étaient rares, aussi Haveloc désira t il mettre toutes les chances de son côté. De par son jeune âge, il parvint à se faire admettre dans deux facultés en parallèle: d'une main il étudiait la littérature, le théâtre, le cinéma, la culture et l'histoire, et de l'autre, les sciences humaines. Psychiatrie, psychanalyse, psychologie, ethnologie, tout tombait dans son esprit, se déversait comme une encre indélébile, et il ajouta à cela un entrainement physique régulier dans un club d'arts martiaux, mal famé certes, car le sport n'était plus bien pratiqué depuis longtemps, mais de toute façon, Haveloc White n'avait rien de l'homme du monde. Génie sans moyen, il termina ses études avec brio, une fois de plus, mais fut refusé à toutes les auditions. C'est alors qu'il d'aperçu, dans la pile de courrier qu'il n'avait pas ouvert depuis un an, que ses parents étaient morts, tués lors d'un cambriolage. Apparemment, il avait raté les obsèques. Et assez étrangement, même pour lui, il ne ressentit aucune émotion face à cela. Il en voulait à son père de l'avoir fait ainsi, incapable de se satisfaire d'un métier de perdant, et pourtant incapable d'accéder aux hautes strates de la société par manque d'argent. Devenant compositeur, il apprit la musique, et commença à jouer dans la rue, fréquentant prostituées, junkies et autres sans abris, qu'il haïssait plus que tout mais lui fournissaient parfois de menus services, comme une bouteille d'alcool ou bien un rail de coke. Ou encore les plaisirs du sexe. Car telle était la plus grande drogue d'Haveloc: les femmes. Il ne pouvait se passer de leur chaleur, de leur corps, car c'était là le seul instant où il se sentait encore un peu puissant, encore un peu à l'aise avec quelqu'un d'autre. Où il se sentait enfin humain.
Le temps passa, et dans ses grands élans de déprime, face à une télévision datant de l'an deux mille, quelle rigolade, il parvenait à contempler le monde qui était le sien. Il lisait, sans cesse, les plus grands auteurs, entre deux rasades de whisky-rhum-vodka, contemplant Sade, Machiavel et les autres grands comme des idiots, étudiant vaguement l'histoire du monde et hurlant à lui même que jamais, jamais, les erreurs de l'humanité ne cesseraient. Sombrant dans la folie, ou plus exactement une sorte d'état où drogue et alcool l'avaient plongé dans un délire permanent, il fit une tentative de suicide, en sautant par la fenêtre.
Il s'écrasa violemment sur le trottoir, se cassa une côte, un bras et une jambe, ainsi que son bassin, et on l'envoya à l'hôpital. Comme son nom était tout de même assez connu dans le domaine scientifique, de par son père, on le soigna très convenablement, et rapidement, il fut réparé entièrement. C'est à ce moment là que le Cataclysme arriva. Tout s'effondra, les appareils électriques s'éteignirent, et plusieurs fois, Haveloc cru que la fin était arrivée. Il fuit la ville, poussé par un instinct primaire, et trouva refuge sur une petite colline, qui bien vite se détacha. Le monde tournoyait, sombrait, hurlait et chutait autour de lui, et un instant, il cru que les anges débarquaient sur terre en sonnant les trompettes du jugement dernier. En effet, les drogues continuaient de faire leur effet, mais comme cure de désintoxication, il n'y avait pas mieux. Il tomba malade, eu des hallucinations, traversa enfer, paradis, espace et voie lactée sans aucune difficulté, et quand il se réveilla, il était seul.

Seul... Comme d'habitude. Cela ne le gêna pas. Il se releva, et contempla le monde autour de lui, un immense désert irradié, une zone hostile à la vie et à toute chose qui existait. Mais au loin, un peu en contrebas, il y avait des hommes, des femmes, quelques survivants comme lui. Son esprit était étrangement clair, affuté, précis, comme si tout ceci lui avait ouvert les yeux. Et alors il comprit que c'était là son avenir, que c'était sur cette terre, et non sur l'ancienne, qu'il deviendrait l'homme qu'il avait toujours voulu être. Il dévala la dune, et vint à la rencontre du groupe de survivants. Ils étaient perdus, ils avaient peur, ils avaient faim.
Mettant à profit tout ce qu'il avait appris pendant sa vie, des bas fonds des villes auprès de ce que l'humanité avait de plus bestial aux plus grandes écoles de psychologie, il prit la direction du petit groupe. Ensemble, ils chassèrent. Ensemble, ils survécurent, et ensemble ils atteignirent les premières ruines. Là, ils découvrirent d'autres personnes, et commencèrent à bâtir la ville. Sous sa direction, on instaura l'ordre, on rétablit l'électricité, il vit les religions naitre, les disputes commencer, alors il s'installa un palais, symbole du nouvel ordre établi, et s'entoura de ce qu'il nomma « gouvernement ». L'humanité avait besoin d'un leader. Et il était là. L'humanité avait toujours besoin de quelqu'un pour lui dire quoi faire, sauf qu'originellement c'étaient les faibles qui étaient au pouvoir. Avec lui, cela allait changer.
Il commença à réunir tous les souvenirs de l'humanité. Il fit construire les bâtiments, installa les nouvelles habitations, restaura l'économie, relança le principe d'argent. Mais maintenant que l'apogée de sa gloire avait été atteinte, il lui restait encore à garder sa position. Alors, il complota. Les réseaux d'investigateurs, d'indics, de monnayeurs, d'échangeurs d'information s'enchainaient et se succédaient entre ses doigts. La connaissance, c'est le pouvoir, écrivit il plus tard dans son journal. Bien vite, il se lia d'amitié avec la plupart des fortes personnalités de la ville. Certaines d'entre elles l'aidèrent à améliorer la citée, d'autre, plus complexes, l'aidèrent indirectement à garder son pouvoir. Il approuva le culte de la Lumière, il cacha certaines actions des Scientistes, il garda sous contrôle les Smoker, en engageant de temps en temps à son propre service, monnayant, échangeant, despote qui possédait tout les pouvoirs alors que tous pensaient sa présence plus symbolique.

« Ceci est ma ville, Neorbis est notre nouveau monde, notre nouvel espoir, mais c'est grâce à moi, et uniquement grâce à moi, que tout cela fonctionne. Et je ne laisserais personne, personne, se mettre en travers du chemin de mon nouveau monde. Autrefois nous avons fait des erreurs, nous étions faibles et sots. Maintenant, cela doit changer. Je suis l'autorité, et je ne crains pas mon peuple. Je suis l'État, et tout ceux qui sont pour le futur, pour l'amélioration de nos conditions de vie et pour la sauvegarde de l'ordre sont avec moi. Les autres, eux, ne sont que des parasites, qu'il faut soit contrôler, soit éradiquer. Neorbis est mon enfant, le fruit de mes manipulations génétiques, et celle ci ne cesseront jamais tant que je serais envie. Neorbis, c'est moi. »
Journal de Haveloc White.

_________________


Dernière édition par Haveloc White le Dim 25 Juil - 10:12 (2010); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 25 Juil - 00:33 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nëlenia O'Kenelly
Civil/Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2010
Messages: 83
Féminin

MessagePosté le: Dim 25 Juil - 01:09 (2010)    Sujet du message: Haveloc White [ Validé ] Répondre en citant

Bien bien bien....
Déjà bienvenu à toi ! Le maire cool on va s'amuser ^^

Pour la fiche, elle est très bien structurée, très bien détaillée, dans l'absolu je n'ai pas grand chose à y redire, si ce n'est te conseiller un certains fairplay puisque ton personnage est quand même assez....imparable. Il a des connaissances un peu partout, c'est bien gentil mais dit toi que la connaissance de la ville tu la dois quand même à tes indics ^^ voilà pour l'heure c'est tout ce que j'ai à dire !
J'attends ton histoire et après je te dirais ^^


Revenir en haut
Haveloc White


Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2010
Messages: 8
Masculin

MessagePosté le: Dim 25 Juil - 10:07 (2010)    Sujet du message: Haveloc White [ Validé ] Répondre en citant

Histoire postée.

Je pense que je devrais rajouter un défaut pour expliquer le reste des qualités: tout le monde veut le se débarrasser plus ou moins de lui, ou l'utiliser, le tuer, ou encore le suspendre au bout d'une corde la tête en bas... Donc bon, si il a survécu jusque là, c'est pas pour rien "^^


PS: Le nom a changé dans l'histoire, je suis en train d'éditer tout mon post pour le remettre à jour. Serait il possible de le changer dans mon pseudo? :) [Edit: Nom modifié dans toute la fiche ainsi que dans le profil (sympa comme nouvelle fonctionnalité)]
_________________


Revenir en haut
Zerval
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 25 Juil - 11:15 (2010)    Sujet du message: Haveloc White [ Validé ] Répondre en citant

Salut et bienvenue à toi !!

Tout d'abord, sache que l'édition de pseudo a été laissée pour l'instant pour deux raisons. 1) le forum démarre et donc avec le peu de monde inscrit c'est encore gérable. 2) même si tu l'as fais sans autorisation préalable car nous n'avions pas vu ta demande, les admins te connaissent.

Je suppose que tu n'en abuseras pas, donc c'était juste une petite remarque pouvant servir à d'autres au même titre.

Pour ce qui est de la fiche. Très bien écrite, bien que commune ( mouahaha quel jeu de mot ). Cependant fais attention à l'aspect grobilesque de ton personnage, comme l'a dit Nëlenia, sois fairplay. Attention aussi à bien maitriser le caractère assez particulier de ton personnage.

Voilà pour moi, comme tout est assez bien décrit dans l'histoire, je te laisse profiter de ma bonté suprême et laisse la parole a Nël pour te valider.


Revenir en haut
Nëlenia O'Kenelly
Civil/Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2010
Messages: 83
Féminin

MessagePosté le: Dim 25 Juil - 13:07 (2010)    Sujet du message: Haveloc White [ Validé ] Répondre en citant

Alors alors, pour l'histoire j'ai un premier point à soulever ; peut on être décemment solitaire et charismatique ? Que tu sois rejeté par certains par envie et jalousie, ça je veux bien. Mais quelqu'un de charismatique est quand même largement entouré, et n'est pas souvent un "solitaire". Disons qu'il peut préférer la compagnie du rien, mais qu'il a quand même des proches....Donc j'aurai plus tendance à dire qu'il est méprisant envers ses semblables ^^ sinon son charisme se prendrait une sacré baffe si il n'y avait personne pour l'apprécier ^^

Pour le reste ça me convient très bien, nous avons tous des histoires loufoques de toutes façon ! Donc outre encore te conseiller de faire preuve de modération quand à l'intellect' de ton personnage ( parce que bon tout savoir c'est quand même un chouilla gros ), je te valide !

Bienvenue parmi nous !


Revenir en haut
Haveloc White


Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2010
Messages: 8
Masculin

MessagePosté le: Dim 25 Juil - 13:53 (2010)    Sujet du message: Haveloc White [ Validé ] Répondre en citant

Pour ce qui est de la modération, ne t'en fait pas, j'ai mis ce genre de qualités uniquement comme un moyen de lui permettre de survivre^^
Pour ce qui est de l'antithétisme charismatique/solitaire, en fait, je voulais dire par là qu'avant d'étudier attentivement le côté social des êtres humains, le théâtre et la psychologie, c'était un type très renfermé. Maintenant, c'est un expert en langage, et donc, par voie de conséquent, qui a pleins d'amis... ou presque "^^
_________________


Revenir en haut
Nëlenia O'Kenelly
Civil/Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2010
Messages: 83
Féminin

MessagePosté le: Dim 25 Juil - 13:55 (2010)    Sujet du message: Haveloc White [ Validé ] Répondre en citant

Donc il faut plus considérer ça comme de la manipulation que du charisme ^^ souvent le charisme vient naturellement. Mais en soit j'ai bien saisi ce que tu voulais dire ne t'en fais pas !

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:14 (2018)    Sujet du message: Haveloc White [ Validé ]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> # Coin Archives -> Archive fiches Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com